Willem C. Vis International Commercial arbitration moot court

556031_10152762559395022_2091179072_n

L’USJ dans la cour(se) des grands

 

Plus qu’une université qualifiée à annoncer. Le stress atteint son paroxysme, les cœurs se mettent à battre la chamade ; le moment qu’on attendait tant était imminent. Je me tourne vers mes co-équipiers et « coachs », et c’est là, en disséquant leurs traits, que je me rends compte de l’ampleur du moment.

Seulement 5 mois auparavant, nous n’étions que 8 étudiants « normaux » de l’Université Saint-Joseph. 8 étudiants comblés : Hicham Wehbe, Lamice Nasr, Rana Sebaly, Maria-Helena Daher, Nicole Araygi, Salim Sleiman, Fadi Hajjar et moi-même. Du jour au lendemain, nous voilà représentant notre université et notre pays dans la plus prestigieuse compétition d’arbitrage international. Ce n’était pas facile, certes. Mais après tout, « La facilité est ennemie des grandes choses » [Joseph Joubert].
Cela dit, nous n’étions pas seuls ; loin de là… L’équipe était aussi bien guidée qu’encadrée par des personnes toutes plus compétentes l’une que l’autre : Noor Davies, Samy Merkbaoui, Serena Salem, Zeina Obeid et Bachir Sayegh. Tous de grands juristes sans qui rien n’aurait été possible. Merci d’avoir pris l’initiative de former une équipe libanaise, merci d’avoir passé des nuits entières sur skype à relire nos memos, et surtout, merci d’avoir fait en sorte que nous soyons sponsorisés par les meilleurs cabinets internationaux et régionaux : FTPA, Dechert, et Obeid law firm. Merci de nous avoir fait confiance.

Du fond du cœur, j’aimerais spécialement remercier Me. Christian Dargham qui a veillé tout au long de l’aventure à ce qu’aucun alea ne puisse compromettre notre rendement. Il a été pour nous le maestro sans qui le meilleur des orchestres n’aurait jamais pu se démarquer.

L’attente est interminable, nos fronts sont en sueur, nos mains moites. Un silence de plomb puis …« Saint-Joseph University ». Des sanglots, des cris de joie, tout est confus. L’USJ a réussi  l’exploit d’être l’une des 64 universités qualifiées parmi 300 participantes. Mais la bataille n’était pas finie. Nous allions continuer à nous battre et  nous n’aurions été disqualifiés qu’avec les plus grands (Harvard, aussi disqualifiée en 16eme de final).

Le Liban, un David parmi 32 Goliath. Oui, nous avons été à la hauteur des attentes, à la hauteur du défit. Notre équipe a décroché une mention honorable (Frederic Eisemann Award) ainsi que deux mentions honorables individuelles (Martin Domke Award) attribuées à Nicole Arayji et Fadi Hajjar.

Maintenant, la voie est ouverte aux équipes à venir. A eux d’émuler cet exploit, de se surpasser, et d’atteindre la première place pour porter haut le nom de notre pays.

 Nicolas Melki 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s