Beyrouth, une cité mondiale ?

Image

Le Liban connait de nombreux conflits et problèmes internes depuis des dizaines d’années, tout en notant aujourd’hui l’influence de la Guerre en Syrie, qui a accentué le désaccord entre les différentes parties libanaises et a aggravé la tension dans la région. La situation était lamentable ces dernières années, et l’est toujours. Le peuple libanais, victime de ces tiraillements, vivait une grande couardise, était effrayer par les circonstances ! En effet et malheureusement, le gouvernement aujourd’hui n’est ni laïque, ni démocratique, ni indépendant… comme il prétend l’être. Le peuple n’a pas d’avis, personne ne l’écoute. Les politiciens qui  »tiennent » le pays n’ont eux-mêmes aucune opinion, ne peuvent prendre une décision sans une consultation extérieur et ne se préoccupent que de leurs propres intérêts. Cette duplicité étatique domine le régime libanais aujourd’hui, et malheureusement, possède de mauvaises conséquences sur les différents aspects de la société libanaise, ce qui affecte par exemple l’économie et en particulier le tourisme accentuant surtout la migration du peuple, et est préjudiciable à la stabilité du pays, sa souveraineté et son indépendance.

Comme toute autre nation, le peuple libanais voulant se réfugier, vivre en paix et en sécurité, garantir un avenir brillant et clair, va se mettre à la recherche d’une autre région, prête à garantir leurs droits, pour s’y installer. Et c’est depuis la guerre que le processus de migration a poursuivi son évolution. Plusieurs démarches et statistiques ont été étudiées pour estimer le nombre de libanais émigrants par an. Par exemple, la démarche suivie par Mme Chohig Kasparian dans l’étude “L’entrée des jeunes Libanais dans la vie active et l’émigration”, publiée par l’USJ en 2003. Elle a consisté à interroger les ménages résidents à propos de leurs membres ou de leurs parents ayant émigré entre 1975 et 2000. La méthode ne permet évidemment pas de comptabiliser les émigrés qui n’ont plus aucune famille résidente restée au Liban. L’étude conduit, sous cette réserve, à évaluer à 600 000 personnes le nombre d’émigrés, dont la moitié est partie durant les 15 ans de guerre. Le flux d’après-guerre est donc, en moyenne, plus important que pendant la guerre et semble s’être accéléré après 1996. On serait donc en présence d’une émigration moyenne de l’ordre de 30 000 personnes par an au moins.

Ceci est cliché non seulement parce que la population libanaise a subi une grande diminution en ce qui concerne son nombre, mais aussi au niveau intellectuel : le Liban a perdu de nouveaux talents, de nouvelles innovations, qui auraient pu améliorer sa place mondiale. Récemment, Wadi’ Al Safi est l’exemple idéal, le fameux talentueux artiste qui a quitté ce monde tout en laissant un grand trésor d’art. Malgré qu’il n’a jamais était estimé à sa juste valeur par l’Etat, et malgré la situation du pays, il a toujours maintenu son affiliation nationale et a résisté au Liban, il a été même honoré par l’Etat français quelques jours après son décès. Le Japon par exemple, le Canada, la France et les pays de Golf, où la plupart des libanais migrent pour étudier ou pour s’installer, ont profité des talents et des compétences des libanais.

Mais malgré tout ceci, ce pays  »où coule le lait et le miel  », ce  »joyau de rêves dans un éclat d’azur » a su toujours attirer les touristes, de tous les pays du monde : Le lait étant la nature essentielle à la vie, le miel désignant sa douceur, et le joyau ou le bijou brillant marquant son éclat d’azur, dans la mer méditerranée.

Et aujourd’hui, sa capitale Beirut, de 20 km2, a, de nouveau, malgré que le Liban ne soit pas un pays connu au niveau international, battu un record en dépassant toutes les attentes et s’est avérée être une ville de première classe mondiale. La capitale libanaise a été classée 20ème parmi les meilleures villes dans le monde, selon un communiqué publié le jeudi 17 Octobre par le ministère de Tourisme libanais. Et selon le sondage de « Conde Nast Traveler » 2013, basé sur le choix des lecteurs, Beyrouth a devancé Paris, Melbourne, Venise et Barcelone.

« La liste de cette année était plus globale, avec la participation de 1,3 millions de personnes », indique le rapport de « Conde Nast », décrivant Beyrouth comme « Paris du Moyen-Orient, ayant beaucoup à offrir aux touristes qui trouvent les meilleurs restaurants et clubs ».

« Il existe, à Beyrouth, une texture de sectes, religions et modes de vie qui exposent aux intellectuels un espace beau et riche en culture « , ajoute le rapport. Le communiqué du ministère du Tourisme a rappelé que ce n’est pas la première fois que Beyrouth est choisie comme capitale du tourisme mondial. « Beyrouth a été considérée, par le New York Times, comme la première destination touristique en 2009 et a été élue, par le Financial Times, comme la capitale qui ne dort jamais », selon le ministère.

Enfin, je m’adresse surtout aux libanais d’aujourd’hui, la génération qui est le fondement du lendemain de ce merveilleux pays, de ne pas quitter Beyrouth, de ne pas quitter le Liban. C’est nous qui caractérisons son espoir, l’éclat du seul chemin qui tend vers le changement, le développement, l’évolution et la civilisation. A ne jamais oublier que les grands pays civilisés, comme la France, l’Allemagne… n’ont pas évolué et atteints le niveau international en un seul coup. Ils sont passés eux aussi par des périodes de guerre et de conflits horribles, encore plus affreux que ceux par lesquels passe le Liban. Ces tiraillements vont enfin prendre fin, nous n’avons besoin que de patience, de persistance, d’être unis, d’aimer son prochain et de profiter du confessionnalisme présent au Liban, la plus grande richesse que ce dernier peut avoir. C’est ainsi qu’on gardera le Liban à sa hauteur,  qu’on préservera sa merveilleuse image, immuable et de classe mondiale.

Hiba Kanso

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s