Les femmes dans les mouvements islamistes

beryteAlors que le monde exprime son horreur face aux aberrations et brutalités commises par les islamistes envers les femmes, de plus en plus d’entre elles sont en train de rejoindre volontairement les mouvements islamistes en Syrie ou en Irak. Quelle est la raison de ce phénomène paradoxal?
Nous avons vu avec l’agression de Malala, la liquidation de l’avocate militante des droits de l’Homme Samira Saleh al-Nouaïmi, les mariages forcées, les multitudes de viols, les réductions en esclavage et ventes aux enchères, ce que les islamistes sont capables de faire subir aux femmes.
Certaines femmes ont choisi de se battre contre cet état de fait. Par exemple, la bataille des combattants kurdes contre l’Etat islamiste qui menace de prendre la ville de Kobani serait dirigée par une femme : Mayssa Abdo. De plus Arin Mirkan, une jeune femme de 20 ans est devenue une héroïne de la bataille pour la défense de Kobani après avoir dégoupillé la dernière grenade qui lui restait, s’est faite sauter avec les islamistes qui s’apprêtaient à la capturer.
Ceci est compréhensible, puisque les femmes, comme les hommes, veulent défendre leur pays, leurs familles et leurs idéologies. Nous avons assisté à ce phénomène au Liban durant la guerre civile à laquelle les femmes ont participé. Ainsi, le sentiment de patriotisme n’est pas étranger au genre féminin et l’aide des femmes peut être d’un grand secours.
Ceci dit, que viennent faire les femmes occidentales dans les mouvements islamistes étant donné que ce combat ne touche pas à leurs familles ni à leur vie ni à leurs pays? Cela nous parait absurde au plus haut point. Ce mouvement mondial de femmes djihadistes n’a pas de précédents dans l’Histoire. Nous pouvons citer très peu d’exemples de ce phénomène, quelques femmes kamikazes d’origine occidentale ont suscité la polémique comme Wafa Idris dans le conflit israélo-palestinien et Muriel Degauque en Irak.
Ce dont nous sommes sûrs et malgré ce qu’on nous laisse croire, ces femmes ne sont pas en train de combattre. Celles qui ont réussi à revenir du pays du djihad racontent que les femmes servent d’épouses temporaires aux combattants islamistes et d’après le rapport de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une agence matrimoniale a été mise en place en Syrie. Sont-elles donc uniquement un moyen d’assouvir les désirs sexuels des djihadistes ?
S’il n’y a pas de brigades combattantes de femmes, il y a néanmoins des groupes de femmes qui font partie de la police islamique pour faire appliquer leur conception de la charia aux femmes. De plus, elles font une prédication djihadiste sur internet pour inciter les femmes à émigrer des pays étrangers vers les terres prises par l’Etat islamiste. Sans oublier que les femmes sont aussi là pour remonter le moral des troupes.
Ces nobles missions ne paraissent pas cependant assez convaincantes pour pousser une femme occidentale à quitter son pays et sa famille afin d’aller vivre avec un mari islamiste dans un pays en conflit. En réalité, les djihadistes, hommes et femmes, veulent participer à ce moment historique à leurs yeux qu’est l’instauration du califat, qui s’inscrit dans une logique prophétique. Elles sont aussi émues par le caractère eschatologique des discours des islamistes, qui brandit la menace d’une fin du monde imminente. Une autre raison serait aussi la haine de l’Occident, nous trouvons un sentiment croissant d’islamophobie en Europe et les femmes musulmanes sont les premières à en pâtir, puisqu’elles sont plus faciles à repérer grâce au port du voile qui leur cause souvent des hostilités de la part des occidentaux et des remarques du genre « retourne à ton pays » même si elles sont en réalité nées dans le pays.
Récemment, nous assistons à une féminisation en général du fondamentalisme religieux, une plus grande percée des filles dans ces milieux. Pourquoi donc des partis qui apparemment haïssent les femmes les sollicitent-elles maintenant ?
La participation des femmes aux Jihad permet d’assurer une couverture médiatique aux différents groupes terroristes. L’association de la féminité à une violence extrême a toujours choqué. Nous pouvons prendre l’exemple des Tigres de libération de l’Îlam Tamoul ou les femmes kamikazes en Tchétchénie.
La présence des femmes sert surtout à légitimer le combat, ainsi les islamistes pourront se prévaloir de ces femmes qui les rejoignent de leur propre gré pour démontrer qu’ils agissent pour une bonne cause.
D’autre part, qui dit femmes et enfants dit installation : on n’est plus dans un État transitoire. Elles sont donc un instrument d’une implantation durable. Mais que réserve l’avenir pour ces femmes faisant désormais partie des mouvements islamistes ?

Patricia Monayer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s