La faute du siècle, faute irréparable?

Le 21ème siècle s’annonce déjà un siècle de conflits énergiques à caractère religieux et identitaire. La religion retournant par la grande porte sur la scène politique et géostratégique internationale,  un intérêt croissant est accordé aux études relatives au schéma démographique et communautaire.

Une étude prévisionnelle réalisée par le prestigieux « Pew Research Center » en 2015 sur le schéma religieux mondial de la 2ème moitié du 21ème siècle (2050) tire les prévisions suivantes compte tenu du  taux de natalité, de la migration, la désaffiliation religieuse, des conversions et d’autres facteurs dans une situation normale:

  • La proportion des personnes non affiliées à une religion, devrait augmenter dans les pays d’Europe et d’Amérique d’une façon significative et devenir une majorité dans certains pays comme la France. Par contre, elle devrait diminuer sur une échelle mondiale de 16 % en 2010 à 13 % en 2050 !
  • L’Islam serait la première religion du monde aux alentours de 2070, devançant le Christianisme et formerait une minorité importante dans les pays occidentaux, surtout en Europe vers la fin du siècle.
  • L’Inde deviendrait le premier pays au monde en nombre d’habitants, et abriterait la plus grande population musulmane.
  • 4 chrétiens sur 10 viendraient de l’Afrique subsaharienne.

Certes, ce genre d’études peut alimenter la curiosité des intéressés parmi nous et leur culture générale. Cependant, l’accroissement de ce genre de statistiques,  surtout avec  certaines études beaucoup plus développées et politisées que celle–ci, qui étudient les différentes appartenances ethniques, religieuses et culturelles de chaque pays  et les récupérations politiques qui en suivent créent des tensions entre les différentes populations, ce qui alimente les peurs et, par ricochet, les conflits.

Par ailleurs, la surmédiatisation des débats portant sur ce genre de sujets détourne les populations des problèmes plus urgents.  La Terre subit une détérioration accélérée d’une manière terrifiante et sans précédent, bien qu’invisible à l’œil nu.

Une vague d’extinction massive  ravage actuellement notre planète. C’est la pire époque depuis l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d’années ! 30 à 50% des espèces (soit 20 000 espèces) risquent de disparaître d’ici la fin du siècle. Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme.

Si nous ne changeons pas radicalement nos habitudes, nos émissions de Carbone vont finir par rendre le globe méconnaissable. Le réchauffement climatique, la déforestation, la fonte des glaciers polaires vont causer des migrations de masse, des crises économiques, humanitaires, sanitaires et politiques. Nous payerons beaucoup plus cher l’eau potable qui deviendra de plus en plus rare à cause de la pollution des nappes. D’ailleurs cela ne suffira même pas aux 10 milliards de personnes qui vont peupler la Terre en 2050, un futur très proche.

Aux  débats et études socioéconomiques se substituent le recensement et statistiques religieuses et ethniques, une diversion reprochée par certains au système capitaliste et aux grands vendeurs d’armes créant des conflits pour faire bouger la demande de leur marché. Et cette diversion semble avoir du succès !

On s’entretue, et le temps passe. Si jamais on se réveille un jour, ça sera déjà trop tard.

Jean-Pierre Estephan

Étudiant en droit et sciences politiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s