Des libanais à The Voice France: bonne ou mauvaise idée ?

Chaque année, et cela ne rate jamais depuis déjà 5 ans, au moins un Libanais se présente à « The Voice : la plus belle voix » et passe les auditions à l’aveugle avec succès (Johnny Maalouf, Anthony Touma, Aline Lahoud, Hiba Tawaji, Lukas Abdul et Marc Hatem). L’opinion publique libanaise reste pourtant partagée : certains pensent que c’est une expérience à poursuivre, d’autres restent plus critiques à cet égard.

Rappelons-nous que The Voice أحلى صوت a pris pas mal de succès depuis son lancement il y a 4 ans. Cette émission ne devrait-elle pas pouvoir rassasier la soif des jeunes talents ? Il parait logique que les ressortissants arabes participent exclusivement à The Voice أحلى صوت, créée pour eux, d’autant plus que son audience est de taille respectable. Gagner ou participer à « The Voice أحلى صوت » n’a rien de moins prestigieux que gagner ou participer à « The Voice : la plus belle voix ».
Cependant, cet argument ne vaut pas pour les chanteurs libanais qui sont mal aisés à chanter uniquement en arabe, la culture musicale et artistique libanaise dépasse certainement le cadre arabe. Leurs chances sont réduites au quasi néant dans le format arabe de The Voice.

Dans le cas très spécifique de la participation de libanais à The Voice France, on pourrait penser que les talents en question ne font qu’essayer d’obtenir l’approbation de l’opinion publique française, tout cela dans un esprit postcolonial du moins dépassé. Si cette analyse n’est pas dénuée de toute logique, elle va trop loin car dans le domaine de la chanson, dans son état actuel très commercialisé, un des buts de tout artiste est d’obtenir l’approbation du public le plus large possible. C’est ainsi que The Voice France offre à ces talents une chance de se faire remarquer dans le vaste univers de la francophonie auquel ils appartiennent artistiquement au moins.

Enfin, rappelons que le Liban a toujours été fier des exploits de ses ressortissants à l’étranger. Le passé et le présent ne manquent pas d’exemples : Gibran Khalil Gibran mourra aux Etats-Unis, Charles Elachi y vit, etc. Faire de la participation à « The Voice : la plus belle voix » une exception à cette fierté serait fâcheux. Il serait bon au contraire d’encourager Marc Hatem, et d’attendre avec impatience les prochaines émissions de The Voice France.

Wassim Kallab
Étudiant en troisième année de droit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s