La misogynie, encouragée par les femmes!

« Il faut souffrir pour être belle ». Le dicton français n’a presque pas d’âge tant il a été répété au cours de l’Histoire. C’est un fait, une vérité, que femmes et hommes semblent tous accepter, dès leur plus jeune âge : La femme, c’est beau, c’est propre, c’est doux et c’est serviable, mais ce n’est surtout pas un être humain, pouvant être coléreux ou ambitieux.

L’on met souvent la faute sur les hommes, cette « société patriarcale », qui, bien qu’on ne puisse ignorer le rôle  important qu’elle a dans l’objectivisation de la femme, n’est pas  pour autant à la base du problème.

La nouvelle vague de féministes se concentre tellement sur l’apprentissage du concept d’égalité aux hommes, qu’elle oublie de l’inculquer aux femmes elles-mêmes. Le problème est d’actualité, des décennies après le mouvement des suffragettes : la misogynie chez les femmes.

Elle se traduit par les femmes qui encouragent leurs fils à ne pas se fatiguer, puisque ce seront leurs sœurs qui s’occuperont de la cuisine, le nettoyage, la lessive, etc. Ou encore, celles qui prient leurs filles de ne pas se déranger. C’est le frère qui s’apprêtera, le plus tôt possible, à être « l’homme fort de la maison », celui qui succèdera au père, l’auteur de toutes les décisions.

Au Liban surtout, les « tantes » ou autres amies des mères ou des grands-mères, perpétuent souvent cette idée selon laquelle la fille devrait constamment être présentable et sociable, avoir reçu une bonne formation académique, mais surtout ne pas débattre, ne pas faire ceci, ne pas faire cela, parce que l’objectif ultime serait de se trouver un mari, et les hommes n’aiment pas tel ou tel genre de femme.

L’implantation de la conception sexiste du monde dès la petite enfance est un réel problème. Ce n’est pas une idée lancée comme par hasard, mais un fait qu’on ne peut pas nier.

Pourquoi est-il que, lorsqu’une fille atteint l’âge de faire son choix de spécialisation universitaire, son entourage féminin accoure, réitérant, par exemple, l’éternel : « La pauvre ! Elle veut faire médecine ? Trop fatiguant ! Elle devrait étudier la pharmacie, c’est beaucoup plus facile », chose que l’on entendrait très rarement dire à l’égard d’un jeune homme.

Non seulement est-ce profondément misogyne d’imaginer que, du seul fait de son sexe, cet individu ne devrait pas poursuivre sa carrière de choix, mais c’est également élitiste, dans la mesure où certaines études sont perçues comme des échappatoires ce qui  aboutit à une hiérarchisation des carrières.

Les jeunes filles devraient être encouragées par leurs ainées et non poussées continuellement vers des options B, plus faciles, plus « Féminines ».

Fort heureusement, certaines femmes ont pour seul but d’hisser leurs enfants haut, de leur inculquer un sens de responsabilité, et une volonté de chercher à atteindre constamment les différents objectifs qu’ils se seront mis en tête, sans différencier les rôles et les buts masculins ou féminins.

Bien qu’aujourd’hui, il existe moins de sexisme, les stéréotypes continuent d’être véhiculés de génération en génération.

Il serait donc intéressant, dans le combat pour l’égalité entre les hommes et les femmes, de non seulement s’évertuer à convaincre les hommes uniquement, mais de travailler sur la société toute entière, afin de réaliser des progrès concrets.

On pourrait, par exemple, simplement commencer par informer les enfants au sujet du sexisme dans les écoles. Comment concevoir un combat contre la misogynie si cet état d’esprit est considéré comme normal par les femmes elles-mêmes?

 

Roya Pary Bouery

Étudiante en première année de Droit

Publicités

Une réflexion au sujet de « La misogynie, encouragée par les femmes! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s