Crise des réfugiés: un naufrage libanais

Ce qu’on appelle communément la « crise des migrants » fait régulièrement la une de la presse française et européenne. En pointant du doigt tous les problèmes auxquels font face les pays européens confrontés aux flux de réfugiés et toutes les controverses que la question soulève,  la presse européenne semble mettre à l’écart tous les problèmes auxquels sont confrontés  les pays frontaliers de la Syrie, alors même que ces derniers font face à des flux beaucoup plus importants avec des infrastructures beaucoup moins à même de les recevoir.

Prenons le Liban par exemple: si l’on croit la plupart des rapports établis par les organisations internationales et ONG qui s’intéressent à la question (UNHCR, HMW…), ce pays accueillerait dans les 1,5 millions de réfugiés syriens, ce qui équivaudrait à 25% de la population. Un chiffre d’autant plus impressionnant et inquiétant au regard de l’infrastructure libanaise qui est au plus mal, avec l’Etat dans une situation de déficit qui ne cesse d’empirer et dans l’incapacité la plus complète d’offrir à ses habitants   les services les plus basiques (eau, électricité, collecte des déchets…). Une fois n’est pas coutume, l’Etat libanais s’est révélé incapable de relever les nombreux défis soulevés par l’arrivée d’un si grand flux migratoire.   

LIBANO_-_SIRIA_-_rifugiatiok

Les réfugiés syriens au Liban -si on peut les appeler ainsi étant donné que le Liban n’est pas partie à  la Convention de 1951 relative au statut des refugiés et ne reconnait pas ce statut- font face à un vide juridique et ne profitent pas d’une  protection des plus basiques. Il  s’avère que les Syriens qui fuient leur pays et trouvent refuge au Liban sont soumis à la discrétion de l’Administration libanaise, ce qui aboutit, sans surprises, à de nombreuses dérives.

La problématique la plus importante à laquelle font face les réfugiés est sans doute la question de la résidence. En effet, et plus particulièrement depuis 2015, date à laquelle les autorités libanaises ont mis fin à leur politique de « porte ouverte » et ont adopté de nouvelles réglementations relatives à la question. Les Syriens font face à de nombreux obstacles pour obtenir et même simplement renouveler leurs papiers. Les réglementations en place rendent quasiment impossible pour la plupart d’entre eux de régulariser leurs situations au regard des conditions difficiles à remplir, notamment celle des frais requis (200$ par personne) ou celle de l’obtention de sponsors (s’ils ne sont pas inscrits auprès de l’UNHCR). Notons également que ces conditions changent au gré de la volonté de l’Administration qui émet de nouvelles circulaires à une vitesse parfois difficile à suivre par les principaux intéressés.

La plupart des autres problèmes auxquels font face les Syriens peuvent être ramenés à cette question. La question de l’emploi par exemple: précaire en toutes circonstances, il l’est a fortiori lorsqu’ils ne sont pas en situation régulière. Même avec des papiers réguliers, leur situation n’est pas forcément meilleure, notamment pour ceux dont l’employeur est également le sponsor et qui se voient menacés de voir leur parrainage retiré à la moindre plainte. Une autre problématique qui n’est pas des moindres: la plupart des victimes de violence physique et morale (notamment des enfants victimes de violence émanant de leurs camarades de classe ainsi que de leur enseignants) refusent de porter plainte pour leur agression s’ils sont en situation irrégulière de peur de se faire arrêter sur ce chef.

Ces problèmes si mal gérés par les autorités libanaises risquent fortement d’empirer le sentiment de rejet que ressentent beaucoup de Syriens et augmentent probablement les risques de leur radicalisation si l’on en croit des expériences passées. Il serait beaucoup plus convenable de proposer des réponses cohérentes et soutenables par tous, et d’éviter de commettre les mêmes erreurs deux fois.

Shehrazade Yara El-Hajjar

Etudiante en 4ème année de Droit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s