La vie en rose?

Le cancer, un  diable « malin » qui gagne notre société. Cependant avec le « Pink October » et toutes les associations, les femmes atteintes de cancer du sein  ont l’impression d’avoir tout le soutien possible. Comme toujours, derrière cette apparence de paix et d’entraide, se cache les profiteurs rusés.

En effet, en 2012, le scandale des implants PIP avait déclaré au grand jour les mauvaises intentions de Jean-Claude Mas. Mas, gérant d’une entreprise et producteur de prothèses mammaires, notamment les prothèses PIP, avait vendu de nombreuses prothèses qui ont été implantées par plus de 30 000 femmes en France et par beaucoup d’autres femmes de différentes nationalités[1]. Ces produits qualifiés d’hydrophiles gonflaient au contact de l’eau et les femmes concernées ont déclaré vivre avec « une bombe à retardement ». Par suite Mas a été sujet de plusieurs plaintes et poursuivi en justice.

Suite à ce scandale, 14 990 femmes françaises, soit la moitié des femmes qui avaient eu recourt à l’implantation de ces prothèses en France, les ont retirées à titre préventif.[2]

Quant à l’intimé, Jean-Claude Mas, qui avait déjà usé d’une démarche frauduleuse et était donc en cas de récidive, il n’a pas obtenu gain de cause et a été condamné à quatre ans de prison ferme, à une interdiction définitive de produire de telles prothèses ou tout produit relevant du  domaine médical et à une amende de 75 000 euros comme il a été jugé le 2 mai 2013 par la Cour d’appel d’Aix en Provence.

Cependant Jean-Claude Mas est-il le seul « connard  » comme il a été surnommé? [3]

N’y aurait-il pas une cure saine mais étouffée du cancer ?

Par exemple en 2007, Michel Obeid, oncologue libanais, a déclaré suite à de nombreuses recherches à Paris avoir trouvé la cure du cancer. Cependant cet exploit n’a pas pris son ampleur et a vite été oublié.

Etouffer ce remède miraculeux et apparemment accessible à tout le monde ne serait pas une stratégie malsaine que les médecins et hôpitaux utilisent pour gagner de l’argent ?

Aussi barbare que cela puisse paraitre, l’argent semble avoir la priorité sur de nombreuses vies humaines, sinon comment expliquer qu’une découverte curative révolutionnaire n’ait pas pu recevoir la propagande dont les prothèses dangereuses ont bénéficié ?

 

Maya Abou Chebl

Première année de droit

 

[1] Procès hors norme du scandale des prothèses PIP, Le Monde, 17 avril 2013.

[2] Ibid.

[3] Isabelle Duriez, Procès PIP : les victimes en colère, Jean-Claude Mas hué, Elle Magazine, 17 avril 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s