Un Trump ça trompe énormément

La démocratie est un des concepts dont l’humanité est la plus fière, mais pour passer de la théorie à la pratique, la situation se complique puisqu’il faut trouver un système qui met en place cette démocratie de la meilleure façon, et cela se manifeste selon le modèle étatique choisi (parlementaire, présidentiel) ainsi que par le mode de scrutin. Aux États-Unis, le système électoral est un système de suffrage universel indirect, ainsi le peuple choisi directement de grands électeurs qui à leur tours vont élire le président de la république. Le 8 novembre 2016, une majorité de grands électeurs favorables à Donald Trump a été élue et donc le 19 décembre Donald Trump est devenu le 45ème président des États-Unis d’Amérique.

Etrangement, les manifestations anti-Trump n’ont pas cessé  suite à son élection et une marche pour défendre les droits de la femme a été organisée le jour même de son investiture. Ainsi les électeurs manifestaient contre la personne qu’ils ont eux-mêmes choisi avant même qu’elle n’agisse ou ne menace les droits de la femme de quelque manière que ce soit. Ainsi ils contestent les résultats des élections et pas le système qui a permis à Trump avec son programme électoral d’accéder au pouvoir. En d’autres termes, c’est le système qui a permis à Donald Trump d’accéder au pouvoir, il aurait donc  été plus logique de manifester contre le système électoral américain où un candidat peut être élu alors qu’il n’a pas une majorité des suffrages populaires, c’est le cas de Trump, au lieu de contester les résultats. Cela remet en cause la conception même de la démocratie où l’idée de base est de laisser le peuple choisir et puis de ne pas remettre en cause ce choix, sauf au moment des élections ou par certains moyens de remise en cause du candidat pour certains crimes pénaux, le but n’est pas d’empêcher les électeurs de dire ce qu’ils pensent mais de laisser la majorité choisir. Or en manifestant contre Trump le jour même de son investiture il y a un non-respect du résultat des élections.

Les manifestations qui ont eu lieu concernent les droits des femmes qui se sentent menacées à cause des propos misogynes de Trump. Mais ce dernier n’a pris aucune mesure remettant en cause ces droits et lorsque de telles manifestations s’organisent pour défendre de nobles  causes  qui ne sont pas en danger , d’autres causes que défend Trump sont oubliées : au Kentucky, des milliers de miniers sont au chômage car les mines de charbon considérées comme trop polluantes ont été fermées laissant des centaines de personnes au chômage et près de 30% de la population de certaines villes vivent sous le seuil de pauvreté , un problème que Donald Trump s’est engagé à régler. Ainsi il est beau de manifester car ce que le président élu dit est contraire à l’hypocrisie générale qui veut que l’on soit désintéressé et prêt à se sacrifier pour les autres, mais le fait est que le monde entier est en crise et qu’il n’est plus temps d’attendre une charité internationale pour résoudre les problèmes. Cette conception de la politique interventionniste est superficielle car d’une part les Etats qui aident les autres ne sont pas dénués de problèmes et d’autre part, l’aide sert d’avantage de prétexte pour servir leurs propres intérêts que ceux de l’Etat aidé. Alors qu’il affirme  vouloir mettre les intérêts des américains en premier une partie du Congrès se refuse même à assister à l’investiture à cause des propos trop extrêmes, il est peut-être temps de rappeler le rôle même d’un gouvernement qui est celui de défendre les intérêts du peuple. Cela dit, considérer en premier les intérêts du peuple ne veut pas dire mitrailler les étrangers ou les électrocuter aux frontières, ou en l’occurrence empêcher certains, sans raison, de pénétrer  le territoire américain. Ce président s’est engagé à prendre certaines mesures et ses actes sont l’application rigoureuse de son programme, la question que l’on doit plutôt se poser c’est comment un individu avec un tel programme a pu être élu dans un pays qui se veut le plus démocratique et libre possible.

pic

Source de la photo: http://www.politicalcartoons.com/artist/nate+beeler.html

Remettre en cause les manifestations qui se passent aujourd’hui aux États-Unis  a pour but d’imposer le respect des résultats des élections et non pas de défendre un candidat particulier ou une politique mais de montrer qu’en définitive  la notion de démocratie n’est pas une solution miracle et que chaque individu qui soutient un candidat non seulement désire le voir au pouvoir mais également refuse de donner sa chance au candidat élu. Il y’a donc une perte de confiance vis-à-vis du système et les anti-Trump, en manifestant contre Trump avant même son investiture, le faisaient en proclamant qu’ils ont une voix. Ils considèrent que par l’élection de Trump, ils vont perdre leur voix et que  le candidat mis en place par leur démocratie est celui qui va y mettre fin. Ceci est l’exemple type qui montre que la démocratie n’est parfaite que théoriquement et qu’au niveau pratique c’est «  LE » système qui échoue. Aucun système n’est parfait d’autant plus que la notion de démocratie met en place une décision prise par le plus grand nombre, or le plus grand nombre n’a pas toujours raison et surtout n’a pas toujours les éléments nécessaires pour prendre sa  décision. Comment faire alors ? Doit-on remettre en cause la démocratie ou au contraire doit-on l’accepter telle quelle avec ses défauts et lui faire confiance et dans ce cas, ne contester que ce qui est contestable ?

Aux États-Unis, si la confiance est la solution retenue, les manifestations ne doivent pas se faire contre la personne de Donald Trump mais contre le système qui lui a permis d’accéder au pouvoir pour une meilleure mise en place de la démocratie, ou contre les actions de Trump tant qu’elles ne correspondent pas à ce à quoi il s’est engagé. De plus lorsque des manifestations doivent être faites pour défendre des causes, il est plus judicieux de commencer par les causes qui font peut-être moins rêver mais qui sont finalement plus importantes car certes il est important de défendre les droits de la femme mais aujourd’hui et surtout dans un pays comme les Etats-Unis, dire que les femmes n’ont pas assez de droits est tout à fait superflu. Il est peut-être temps de se mobiliser pour de vrais problèmes qui sont moins glamour mais plus réalistes. Le seul problème avec ces causes-là, notamment celle des miniers de charbon, c’est que seul Trump s’est engagé à la résoudre. S’il est vrai   qu’il ne fait pas les choses selon les règles de l’art et que beaucoup de choses peuvent lui être reprochées, il  est certain qu’il est le seul à vraiment regarder les problèmes internes et donc à écouter son peuple lorsque tous les autres candidats sont trop occupés à se positionner internationalement en essayant de faire bonne figure devant les pays qui les intéressent. Finalement, élire un tel président n’est-il pas plus démocratique que l’élection d’un autre ? Si  la réponse est oui et qu’elle vous effraye c’est que la démocratie est peut-être surfaite.

Alors défendre la démocratie oui, mais n’oublions pas que la démocratie n’est qu’un moyen, le but étant de procurer une vie digne, libre et où les droits de chacun sont respectés. De ce fait, mieux vaut travailler et mobiliser les efforts de tous pour apporter des solutions aux problèmes plutôt que de dépenser toute son énergie à contester tout ce qui ne semble pas politiquement correcte.

Laetitia Ballout

Troisième année de droit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s